Vivre sans argent, réalité ou utopie? [LIVRE]

Vivre sans argent, vous pensez que c’est impossible? Voici Mark Boyle, il risque de vous convaincre du contraire. Cet Irlandais, est le fondateur du mouvement Freeconomy, et en 2009, il fait le pari fou de vivre sans argent. Dans son livre « L’Homme sans Argent », il nous explique pourquoi et comment. Une belle ode au minimalisme et à la décroissance.

Mark-Boyle-The-Moneyless--008

POURQUOI VIVRE SANS ARGENT ?

Mark explique qu’après 6 ans à travailler dans le circuit « classique » de l’entreprise, relever ce pari fou était une sorte de pied-de-nez à la société de consommation qui nous pousse à consommer plus, toujours, sans jamais nous inciter à nous poser la question des conséquences environnementales ou sociales (à ce sujet, vous pouvez aussi lire J’ai fait HEC et je m’en excuse), alors que société de consommation et protection de l’environnement sont incompatibles.

Vivre sans argent était donc pour lui une façon de comprendre la véritable valeur des choses, et apprendre des savoir-faire ancestraux qu’on ne nous a jamais appris à l’école. Cet extrait du livre m’a particulièrement marqué :

« Un soir, je discutais avec mon ami Dawn des grands problèmes du monde : les ateliers de travailleurs clandestins, la destruction de l’environnement, les fermes industrielles, les guerres pour l’appropriation des ressources et ainsi de suite. […] Je réalisais que ces problèmes n’étaient que les symptômes d’un malaise global […] et avaient tous un point commun : notre déconnexion de ce que nous consommons. Si chacun d’entre nous devait produire sa propre nourriture, nous n’en gâcherions pas un tiers. Si nous fabriquions nous-mêmes nos tables et nos chaises, nous ne les jetterions pas lorsque nous changeons la décoration de notre appartement. Si nous voyions le regard d’un enfant qui, sou l’œil d’un soldat, coupe le vêtement que nous envisageons d’acheter dans un magasin du centre-ville, nous arrêterions le shopping sur-le-champ. Si nous étions témoins des conditions dans lesquelles on met à mort un cochon, nous perdrions sûrement quelques kilos. Si nous devions nettoyer nous-mêmes notre eau potable, nous cesserions de chier dedans. »

 

COMMENT VIVRE SANS ARGENT ?

Tout au long du récit, Mark partage en toute honnêteté, avec bienveillance et une pointe d’humour Irish, ses difficultés, doutes, conseils et nombreux déboires. De comment passer un Noël sans argent à comment faire déguerpir une souris squatteuse sans la tuer, en passant par comment fabriquer des toilettes sèches ou les conseils du parfait autostoppeur !

C’est tout l’intérêt de ce livre : il n’y a pas juste une critique de la société avec une énumération de chiffres plus déprimants les uns que les autres qui assommerait même le plus motivé d’entre nous. Non, ce témoignage propose des solutions et montre qu’une autre voie est possible. Une voie plus respectueuse de la nature, des humains et des animaux. Même sans aller jusqu’à vivre sans argent, mais au moins repenser sa manière de consommer et de vivre, les deux étant en fait intrinsèquement liés.

Alors concrètement, comment a-t-il fait pour vivre sans argent ? Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain, il lui aura fallu 6 moins pour se préparer.

  • Pour se loger : Mark a troqué son appart pour une caravane dont quelqu’un cherchait justement à se débarrasser, et qu’il a installé sur une parcelle de terrain d’une ferme bio en échange d’y travailler 3 jours par semaine. Viennent compléter ce tableau : un panneau solaire (pour créer de l’électricité), un poêle à bois (pour se chauffer), un rocket stove (pour cuire les aliments), des toilettes sèches et une douche mobile.
  • Pour se nourrir : bien qu’il aurait souhaité être autosuffisant en produisant toute sa nourriture, il s’est vite rendu compte de la tâche immense qui l’attendait. En plus de cultiver son jardin potager, il a donc régulièrement fait les bennes des supermarchés (si vous vous dîtes « berk, dégoûtant », pensez à la quantité d’aliments parfaitement comestibles jetée ou les produits fonctionnels mis à la poubelle car le packaging a été légèrement abîmé) et pratiqué la cueillette et le troc. Le troc de compétences lui a notamment permis de repenser la manière dont on calcule la valeur du travail. Il relate notamment cette anecdote qu’après avoir travaillé 9 heures, on lui donna un sac de 25 kg d’avoine, qui aurait coûté 20£ en magasin. 20£ pour 9 heures de travail, ça semble dérisoire, mais Mark voit les choses différemment : produire lui même le contenu de ce sac lui aurait demandé plus de 60 heures de travail, il a donc gagné 50 heures. Ce raisonnement m’a beaucoup fait réfléchir sur la vision très unilatérale que nous avons, basée sur la valeur monétaire uniquement.
  • Pour se déplacer : vélo, marche, et autostop.
  • Pour communiquer : un téléphone permettant de recevoir des appels uniquement, et un ordinateur portable (il se branchait sur la connexion internet des propriétaires du terrain sur lequel il avait installé sa caravane), les deux rechargés au besoin par l’énergie produite par le panneau solaire.
  • Pour se divertir: festivals gratuits auxquels il s’est rendu en autostop, diffusion de films en plein air, randos entre amis, séance de Freeskilling avec la communauté Freeconomy (séance gratuite où quelqu’un apprend un savoir-faire ou une compétence aux autres), trocs de livres, etc.

 

LA SLOW LIFE

Vivre sans argent signifie nécessairement une adaptation conséquente de son mode de vie. Par exemple les tâches de notre vie quotidienne comme faire sa lessive prennent immanquablement plus de temps. Et même beaucoup plus de temps. Un confort que Mark ne regrette cependant pas d’avoir sacrifié face aux bénéfices environnementaux.

Vivre Sans Argent Mark Boyle - La Carotte Masquée

Il explique qu’il a aussi appris à vivre pleinement. Non seulement en prenant du temps pour faire des choses qui lui plaisaient vraiment, mais aussi en faisant attention aux petites choses de la nature comme le chant des oiseaux.

« J’avais rêvé de vivre dans la nature depuis des années. Années où je m’étais plaint de ne pas avoir un endroit adéquat pour penser, lire et écrire. Assis devant mon poêle, je regardais les braises rougir et le clair de lune à travers les arbres, et je compris que j’étais à l’endroit idéal. Mes pensées étaient claires, j’écrivais des articles en moitié moins de temps que cela m’aurait pris en ville. »

 

Aujourd’hui, Mark a fondé une communauté regroupant 30 personnes qui vivent ensemble sans argent. Vous pouvez en savoir plus ici (article en anglais). L’expérience très médiatisée de Mark Boyle a aussi fait des petits. De plus en plus de personnes vivent sans argent. Dans cette vidéo par exemple, Benjamin Lesage nous parle de son expérience:

Ces personnes sont encore vues comme des cas à part, considérés au mieux des utopistes, au pire comme des parias. Pourtant, leur utopie, beaucoup de gens réalistes y aspirent: une planète en meilleure santé, des communautés fondées sur l’entraide et l’amitié plutôt que la cupidité, une société qui fonctionne sur une économie circulaire du don plutôt qu’une économie du jetable.

 

Bref !

Que vous soyez adepte ou non de la décroissance, intéressée par un mode de vie minimaliste ou non, je ne peux que vivement recommander la lecture de cette petite pépite qui a le mérite de faire vraiment réfléchir sur la manière dont nous voulons / pouvons vivre. Ce livre est un souffle positif, une source d’espoir qui donne du peps.

De mon côté, je ne suis pas prête à vivre sans argent (en tout cas pas pour l’instant), mais depuis quelques années déjà, je me suis rendue compte que je préférais travailler moins et gagner moins d’argent mais avoir plus de temps pour faire ce que j’aime (un comble pour une diplômée d’école de commerce !). Je préfère me contenter de peu, vivre plus simplement, j’ai l’impression d’être plus heureuse ainsi, même si je n’ai pas encore trouvé un parfait équilibre. Ce témoignage me conforte donc ans la démarche minimaliste que j’ai initiée. Sinon le zéro déchet, j’aspire au moins au « le moins de déchet possible » face à un certain malaise devant la quantité d’emballages que je jette.

👉 Paru en 2014 | Commander L’Homme Sans Argent (12,90 euros).

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

La Carotte Masquee

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

You May Also Like

4 Comments

  1. 1
    • 2

      Haha excellente question 😉
      Du coup SPOILER alert: à la fin du bouquin il explique qu’il souhaite continuer de vivre sans argent (ce n’est donc plus juste une expérience d’un an). Il a utilisé l’argent du livre pour acheter un terrain où une communauté entière vit actuellement sans argent, et une partie me semble-t-il a été donné à des assos. C’est effectivement un peu paradoxal, mais dans un système capitaliste, la terre n’est pas gratuite. Il a voulu que son expérience résonne avec le plus de gens possible, et a donc fait ce petit compromis 🙂

  2. 3

    Merci Aurélia, je suis intriguée ! Je vais donc ajouter ce livre à ma liste de Noël. J’aime voir les choses d’un angle différent, ça me permet de faire de petits ajustements au quotidien auxquels je n’aurai pas pensé !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>