Hitler était-il vraiment végétarien? Et pourquoi on s’en balance

Végétarien.ne, végétalien.ne, végane, nous avons tous et toutes déjà dû faire face à ce point Godwin en bonne et due forme: « mais Hitler aussi était végétarien ». Dans cet article, j’aimerais revenir d’une part sur la véracité de cette information, et d’autre part (surtout) sur sa non-pertinence dans une discussion sur le véganisme.

Alors, Hitler végétarien: vrai ou faux?

La question est simple. La réponse plus compliquée. S’il est tout à fait exact qu‘Hitler se considérait comme végétarien (et non végane soit dit en passant) à la fin de sa vie, la question de savoir s’il l’était réellement n’est pas complètement tranchée.

La seule chose que je serais incapable serait de partager le mouton avec les sheiks. Je suis végétarien et ils doivent m’épargner leur viande. [The only thing of which I shall be incapable is to share the sheiks’ mutton with them. I’m a vegetarian, and they must spare me from their meat.]

Propos rapportés du 12 Janvier 1942, Hitler’s Table Talk

Quand le serait-il devenu? Les historiens semblent s’accorder sur l’année 1942 comme étant l’année où il aurait complètement cesser de manger de la viande. Avant cela, entre 1937 et 1942, il semblerait qu’il en mangeât, en faible quantité.

Pourquoi le serait-il devenu? La raison de la santé est fréquemment avancée: Hitler prêtait au végétarisme et au crudivorisme des bénéfices pour la santé, et y voyait le régime alimentaire « originel » de l’espèce humaine.

Je suppose que l’homme est devenu carnivore par obligation au cours de la période glacière. Ces circonstances l’auront ainsi conduit à cuire ses aliments, une habitude qui, comme chacun le sait aujourd’hui, a des conséquences désastreuses.

D’autres propos disponibles dans la note 2 de cet article de la société végane francophone.

Pour autant, un intérêt pour la cause animale n’est pas non plus à exclure. Des anecdotes semblent attester qu’Hitler éprouvait de l’empathie pour les animaux non humains. Albert Speer, dans son livre Inside the Third Reich, rapporte ainsi qu’Hitler décrivait l’horreur de l’abattage des animaux à table afin de dissuader ses convives de manger de la viande. D’autres témoignages indiquent qu’Hitler fermait les yeux lors d’une scène de film montrant de la cruauté envers un animal. Dans son livre Un éternel Treblinka, Charles Patterson souligne à l’inverse qu’Hitler était profondément anti-végétarien et que dès son arrivée au pouvoir en 1933, il fit interdire les sociétés végétariennes en Allemagne, arrêter leurs chefs et fermer la rédaction du principal magazine végétarien. Il cite également des propos de Peter Sichrovsky : “Pour éliminer tout ce qui pouvait en eux être faible ou gentil, certains membres des SS devaient élever un berger allemand pendant 12 semaines, puis étrangler le chiot devant un officier” (Born Guilty, Children of Nazi Families)

 

Comment trancher? Pas simple de démêler le vrai du faux, le pourquoi du comment. Quoiqu’il en soit, s’il se considérait donc bien végétarien sur la fin de sa vie, l’était-il vraiment pour autant? Il existe ici aussi des témoignages contradictoires sur le sujet. Selon Margot Woelk, une de ses 15 goûteuses à partir de 1942, c’est clair, il mangeait végétarien:

Tout était végétarien, uniquement des produits frais, des asperges aux petits pois en passant par des poivrons, du riz, mais aussi des salades. Tout était disposé sur les plats juste comme cela lui était servi.

Si l’on en croit en revanche plusieurs de ses biographes, il s’autorisait aussi des boulettes de foie, un plat qu’il affectionnait particulièrement. Si tel était le cas, on pourrait certes dire que stricto sensu il n’était donc pas végétarien, mais encore faudrait-il savoir la fréquence de consommation de ce qui pourrait aussi n’être qu’un « écart ». Bref, difficile d’apporter une conclusion nette et précise sur les circonstances du végétarisme probable d’Hitler. Mais in fine, on  s’en fout! Et voilà pourquoi.

La faiblesse de l’argument « Hitler était végétarien »

Derrière cette pique gratuite se cache une tentative de déstabilisation qui fait usage d’un joli sophisme : « Hitler était végétarien. Hitler était un dictateur cruel. Donc être végétarien ne veut pas forcément dire être moral ».

Sauf que cet argument (enfin le point Godwin n’est jamais un argument) ne tient pas la route une seconde, puisque comme tout sophisme, sa logique est bancale et fallacieuse (rappelez vous les cours de français où vous dormiez au fond de la classe : « Tout ce qui est rare est cher. Ce qui est bon marché est rare. Donc ce qui est bon marché est cher »).

hitler végétarienPourtant,  force est de constater que cette remarque revient sans cesse pour contrer le végétarisme « éthique ». Pourquoi? Sans doute parce qu’elle entretient le mythe que « les défenseurs des animaux préfèrent les animaux aux humains », voire « détestent les humains ». Il faudrait forcément choisir entre la cause humaine et la cause animale, présupposé très agaçant sur lequel j’ai écrit un droit de réponse ici.

Peut-être aussi pour essayer de mettre à mal la légitimité d’une éthique qui se positionne contre  l’oppression des animaux non-humains. Car après tout, si Hitler était végétarien, ça prouve bien que le végétarisme n’est pas un critère de moralité n’est-ce pas ? Mouais, un peu facile. Ne balayons pas d’un revers de main la pertinence d’une lutte politique sous prétexte qu’un tyran au goût prononcé pour les moustaches douteuses aurait aussi appartenu à ce groupe.

 

hitler végétarienQue répondre à ça ?

On est clairement face à une invitation à un débat stérile. Perte de temps et d’énergie garantis qu’on peut faire tourner court à l’aide de quelques contre-répliques:

  • La technique du « à ce petit jeu, tu vas perdre » : « Staline, Mao, Pol Pot et autres représentants du Club des Dictateurs du 20ème siècle mangeaient tous de la viande. » Les calculs sont vite faits : Dictateur végétarien : 1 – Dictateur non-végétarien : tous les autres.
  • La technique du sophisme inversé : « Gandhi aussi était végétarien ». Argument tout aussi bancal qu’ « Hitler était végétarien » et qui a le mérite de renvoyer notre interlocuteur ou interlocutrice à la superficialité de son assertion de départ. De fait, s’il suffisait de faire du name dropping de célébrités végétariennes pour convaincre les gens du bienfondé du végétarisme, ça se saurait.
  • hitler végétarienLa technique du « listons les points communs que tu as avec Hitler ». Selon cette logique, refusons tout ce qu’Hitler faisait. Il ne s’agirait pas d’avoir le moindre point commun avec lui. Fan de musique classique ? Oulala Malheureux, mais Hitler aimait la musique classique aussi, tu me feras donc plaisir de remplacer tes playlists de Wagner (qu’Hitler affectionnait particulièrement) par du Metallica illico presto s’il te plaît.
  • La technique du « et donc, what’s your point ? » (ma préférée). Quand bien même Hitler était végétarien et un ami des animaux non-humains: SO WHAT ? Mêmes les plus grosses enflures peuvent faire des choses bien dans leurs vies aussi. Imaginons une seconde qu’Hitler ait accordé le droit de vote aux femmes, est-ce qu’il y aurait des gens assez obtus et fermés d’esprit pour dire aux féministes d’aujourd’hui : « ah bon, tu es féministe ? Hitler aussi… ». Non, pas une seconde on n’y penserait. Soyons donc cohérent et octroyons cette même courtoisie aux végéta*ien.nes, qui n’ont pas forcément envie d’être comparé.es à Hitler de bon matin.

Bref, qu’Hitler ait été ou non végétarien, au final, on devrait donc s’en foutre comme de sa première chaussette puisque ça n’apporte rien au débat. Et pour finir, une excellente BD d’Insolente Veggie à ce sujet!

Hitler était-il vraiment #végétarien? Et pourquoi on devrait s'en foutre Click To Tweet

 

[Edit Novembre 2017] : j’avais précédemment conclu que l’idée selon laquelle Hitler était végétarien était fausse. je m’en excuse et ai rectifié la première partie de l’article suite à de plus amples recherches et aux commentaires de lecteurs et lectrices. Le reste de l’article reste inchangé.

Mythe #1: Les « végétariens qui mangent du poisson »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

You May Also Like

21 Comments

  1. 1
  2. 2
  3. 4

    Désinfo complète sur ce site, Hitler était végétarien, d’après une quantité de témoignages, des gens qui ne sont pas franchement mythos et qui n’auraient eu aucun intérêt à inventer ce fait, ils disent tous la même chose. À moins qu’il y ait complot? Un assassin peut-être végétarien, est-ce que ce fait plombe le végétarisme ce point? Certaines personnes disent que ce n’était pas idéologique, mais médical, ce qui ne change rien sur le fait qu’il ne consommait pas de viande, d’autres disent que c’est idéologique. Méfiez-vous de dire des contre-vérités comme celles-là, ça ne fait pas avancer la cause. Si vous voulez parler sérieusement, en historiens amateurs à partir de sources, au lieu de dire, il a fait ci, il a fait ça, on peut confronter les preuves, pas de problème.

    • 5

      Comme je le souligne dans l’article, qu’il ait ou non végétarien, on s’en fout, même si c’était le cas ça n’est en rien un « argument » pour décrédibiliser un combat juste. Par ailleurs, quels sont ces fameux témoignages que vous citez? Je suis tout à fait preneuse. Je dis bien que selon sa goûteuse il l’était. Selon d’autres sources ce n’est pas le cas. Je vous renvoie au livre Un Eternel Treblinka que je cite et qui s’attarde plus longuement sur la question.
      ps: le même message en un peu moins agressif peut-être? Just a thought…

      • 6

        Hitler buvait de l’eau, écoutait de la musique, mangeait des légumes (!), lisait des livres, a eu des enfants et aimait probablement sa petite famille … comme pas mal de monde. Conclusion : tous nazis ?

        Charles Manson aurait été végétarien aussi. Et alors ? On s’en tape.

        Trouver des points communs avec Hitler, c’est vraiment le degré zéro de l’argumentation. Quand votre interlocuteur en arrive là, vous pouvez tourner poliment les talons, la discussion n’ira pas plus loin. Le véganisme concerne les animaux, pas les dictateurs – « monstres » de l’humanité – ni leurs régimes alimentaires.

  4. 8

    Il était végétarien et c’est pas sur conseil de son médecin, il l’était déjà quand Morell est devenu son médecin. Il suffit de lire le journal intime du Dr Morell pour ne plus avoir aucun doute… Il n’allait pas inventer ce fait, surtout dans un journal Intime et dans ses correspondances avec d’autres médecins. C’est d’ailleurs corroboré par les films de Eva Braun, et évidemment une de ses gouteuse récemment.

    Faut pas avoir honte de reconnaître le végétarisme d’Hitler, ça n’a rien à voir avec les végétariens en général.

    • 9

      D’autres sources affirment le contraire dont son cuisinier par exemple. Je me base ici sur le livre « Un Eternel Treblinka », dont l’auteur apporte plusieurs arguments sur le non-végétarisme d’Hitler. Si vous avez des noms d’ouvrages historiques affirmant le contraire, je suis bien sûr preneuse, afin de compléter l’article si nécessaire.
      Mais je suis bien d’accrod avec vous: qu’il l’ait été ou non, au final, je m’en fous pas mal, et c’est ce point de vue que je défend dans l’article.

      • 10

        Ce qui est intéressant dans une discussion, quand cette phrase assassine tombe, c’est qu’elle déporte (!) le sujet du sort que subissent des centaines de milliards d’animaux chaque année et le rapport de domination que les humains entretiennent avec les autres animaux … vers le régime alimentaire d’un homme du passé. Mais qu’est-ce qu’on s’en fout !

  5. 12

    Hitler n’était pas cruel, au premier sens du terme (quelqu’un de cruel, c’est quelqu’un qui tu ou qui fait souffrir par pur plaisir). Hitler voulais une race pure, et disait que les juifs volaient les femmes de la race arienne, et donc à cause d’eux la race devenais de moins en moins pure. On peut donc dire qu’il c’est battu pour ses idées et son peuple pas seulement pour sa petite personne.
    Ce qu’il a fait, c’est, cette, mal (je ne dit pas le contraire) mais c’était en accord avec ses principes.
    Donc je ne vois en quoi vouloir que sa race reste pure (ce qui absurde dans la mentalité de cassement tout le monde) l’empêche d’être vegan. Je vois même une logique, il veut que sa race reste pure donc « naturelle ».
    Je sais que si quelqu’un lit se commentaire, je vais me faire insulté de nazi (ce qui n’est pas vrai), mais juste remettre les choses en place, Hitler n’était pas affreux, sa mentalité l’était.

    • 13

      Oulah, vous me semblez mélanger un peu les choses. Le véganisme n’a rien à voir avec une quelconque « naturalité » qui viendrait renforcer ou abonder dans la logique de pureté d’une race. Le véganisme est l’extension pratique de l’antispécisme, c’est-à-dire un combat de justice sociale.
      Attention, le débat porte sur savoir si Hitler était ou non végétarien. Il n’a jamais été question de véganisme (ce qui exclurait TOUS produits ou services ayant nécessité l’exploitation d’un animal – pas seulement l’absence de consommation de viande ou de poisson).

      Enfin, et c’est ce que je dis dans la’rticle. Quand bien même il était végétarien, même les personnes mauvaises peuvent faire des choses bien. Tous comme des gens bien peuvent faire des choses mauvaises. Je n’ai pas compris votre point sur la distinction entre une personne mauvaise ou une mentalité mauvaise. La mentalité définit les actes d’une personne, donc je ne vois pas bien comment on peut séparer les deux.

  6. 14

     » « Hitler était végétarien. Hitler était un dictateur cruel. Donc être végétarien ne veut pas forcément dire être moral ».

    La technique du sophisme inversé : « Gandhi aussi était végétarien » (et Léonardo Di Caprio aussi :-p). Argument tout aussi bancal qu’ « Hitler était végétarien » et qui a le mérite de renvoyer notre interlocuteur à la superficialité de son assertion de départ. De fait, s’il suffisait de faire du name dropping de célébrités végétariennes pour convaincre les gens du bienfondé du végétarisme, ça se saurait. »

    Et si le fait ne renvoyait ni à:
    – primo: « les défenseurs des animaux préfèrent les animaux aux humains »
    – « Et deuxio parce que c’est une tentative maladroite pour montrer au végétarien qu’il n’est pas moralement supérieur aux autres. »

    Mais simplement à un renvoi à la lumineuse vision des possédants ?

    Où est l’hypocrisie dans « être végétarien ne veut pas forcément dire être moral » ? Ca n’a rien d’un sophisme que d’évoquer un fait simple et dénué de passion. Dire qu’être moral n’est pas forcement être végétarien est tout aussi vrai. Ces phrases peuvent devenir des moulins à vent quand elles sont situées dans un contexte qui veut les faire parler cauteleusement mais peuvent aussi rester froides.

    Ci-joint une phrase citée par un végétarien (QI 150): « Je suis végétarien par anticapitalisme ».

    Le capitalisme, Hitler, le végétarisme. Les trois sont liés.
    Suppression du premier et bienvenue aux non-sens.

    Associer le végétarisme à Hitler signifie simplement que le régime omnivore humain ne se résume pas à un autoclave mais à une industrie, ce que du reste probablement la quasi-totalité des végétariens savent et ce site aussi.

    Conclusion ? Cet article ne prend pas ce qu’il considère comme fâcheux à la racine. Le régime alimentaire n’est pas la base des maux humains. L’argent, oui.

    Pour P.S., c’est aussi vrai que certains apologistes végétaux agissent en dictateurs. Dans ce cas, sont-elles des personnes « bonnes » ou « mauvaises » ?

    • 15

      J’ai rien compris à votre commentaire, mais accepte de le publier par liberté d’expression. Peut-être quelqu’un.e de plus chanceux.se que moi arrivera à suivre votre fil de pensée. Pour ma part, après 3 relectures, j’abandonne.
      ps: je n’ai jamais affirmée que « être végétarien est forcément être moral » ni l’inverse.

  7. 16
    • 17

      Bonjour Benoît,
      J’ai lu l’article que vous avez partagé et in fine il va dans le même sens de ce que je développe en 2ème partie d’article (à savoir -> on s’en fout de si Hitler a ou non été végétarien. Le name-dropping ne permet pas de valider ou invalider la valeur d’un combat politique).
      Votre commentaire tombe par ailleurs à pic car je souhaitais mettre cet article à jour depuis un moment, il a été écrit il y a longtemps et méritait plus de rigueur historique dans la 1ère partie, c’est donc chose faîte.
      Bonne journée,
      Aurélia

  8. 18

    Très bon article !

    Etant végétarien et ayant déjà eu affaire à cette remarque, je vous livre ma réponse favorite :

    « Ah bon ? Il était végétarien ? Ca me rassure… Y-avait quand même un peu de ‘bon’ en lui finalement ! » (Et oui, une remarque débile mérite une réponse débile !)

    C’est généralement assez efficace, l’effet « Alors, on sait pas quoi dire maintenant, hein ? » fonctionne plutôt bien !
    En espérant que la personne en face soit assez intelligente pour comprendre le cynisme évidemment présent dans cette réponse (suis-je en droit de me poser la question étant donné la remarque qu’elle m’inflige ?)… 😀

    Quoi qu’il en soit, je viens de découvrir ton travail et je le trouve génial. Merci pour le « Mythe #1 » que j’ai pu partager à mon entourage afin qu’on arrête une bonne fois pour toute de me demander si le poisson c’est ok pour la prochaine réunion familiale ! C’est aussi grâce à cet article que j’ai eu la curiosité d’aller lire le reste de ton blog 🙂

    Tu as gagné un lecteur 😀

    A bientôt 😉

    • 19

      Merci Robin et bienvenu sur ce blog alors 🙂 (pardon pour la réponse tardive, ton commentaire était allé dans « Indésirables », va savoir…)
      Pas mal cette réponse effectivement ! Ca rejoint un peu la dernière réponse que j’indique sur le fait que « même les plus grosses ordures sont capables d’actes de compassion ». Ca fait un moment qu’on ne m’a plus sorti cette reflexion, et j’en suis bien contente ^^
      Aurélia

  9. 20

    On peut sinon répondre à la phrase « hitler était végétarien  » par : « malheureusement.. c’était sa seule qualité !  » 🙂

Répondre à frank Annuler la réponse.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>