Mythe #1: Les « végétariens qui mangent du poisson »

« Ah t’es végétarienne! Du coup tu manges du poisson? » Voici une question à laquelle j’ai le droit tous les mois. Le fait qu’un.e végétarien.ne ne mange pas de viande rouge est bien compris par l’opinion publique. Qu’il ou elle ne mange pas de viande blanche assez bien aussi. Mais pas de poisson… aïe, là ça coince un peu plus. Alors quand je réponds que « non, les végétariens ne mangent pas de poisson », j’ai généralement le droit à  « moi j’ai un copain qui est végétarien et il mange du poisson« . Et cette phrase elle a le don de franchement m’agacer. Alors aujourd’hui j’aimerais vous expliquer pourquoi il faut en finir de ce mythe des « végétariens qui mangent du poisson »?

Parce que c’est tout bonnement faux.

Prenez n’importe quel Larousse et vous verrez qu’un végétarien ne mange pas de chair animale. Ce qui veut dire : ni viande, ni poisson, ni fruits de mer, puisque jusqu’à preuve du contraire, les poissons et les fruits de mer ne poussent pas dans les arbres.

On pourra éventuellement parler de « pesco-végétarisme » pour définir quelqu’un qui ne mange pas de viande mais mange du poisson, mais ce n’est PAS (en lettres capitales surligné 3 fois) une sous-catégorie du végétarisme, à l’inverse de « l’ovo-lacto végétarisme » (consommation de lait + oeuf), de « l’ovo-végétarisme » (des oeufs mais pas de lait) et du « lacto-végétarisme » (du lait mais pas d’oeufs).

« Le pesco-végétarisme ne constitue pas une catégorie à l’intérieur du végétarisme, qui exclut toute chair animale. » même l’ami Wikipédia le dit.

Il serait en conséquence plus logique de qualifier le pesco-végétarisme de « pesco-omnivorisme » puisqu’il est une sous-catégorie des « omnivores ». Mais enfin passons.

 

Parce que ça prête vraiment à confusion. 

végétarien poissonA force d’entendre qu’il existe des « végétariens qui mangent du poisson », les autres finissent par penser que végétarisme = pas de viande et végétalisme = pas de viande ni de poisson. Ça, c’est plus possible. Je vais finir par boycotter les soirées où les gens sont surpris que tu ne manges pas de poisson car « mais mon copain Martin il est végétarien et il mange du poisson, si si je t’assure ». Ou les restaurants dans lesquels, quand tu demandes quels sont leurs plats végétariens, on te répond qu’il y a justement un arrivage de saumon frais ou un délicieux filet de colin.

Par pitié donc, si vous êtes pesco-végétarien.ne, arrêtez de dire que vous êtes végétarien.ne! Dîtes simplement que vous ne mangez pas de viande, mais du poisson. Ne serait-ce que par respect pour les végétarien.nes pour qui l’offre n’est déjà pas très étendue, et qui doivent ensuite batailler plus dur encore avec le restaurateur pour lui expliquer que non, un végétarien ne mange aucune chair animale et que par conséquent, non la salade niçoise ne fera pas l’affaire.

 

Parce que ce discours tend à populariser l’idée que finalement, les poissons on s’en fout

Or ce sont ceux qui représentent le plus grand nombre d’animaux tués pour la consommation humaine : 1000 milliards d’animaux marins tués chaque année, contre 65 milliards d’animaux terrestres (en grande partie dus à l’élevage industriel). Et après on s’étonne qu’on est en train de vider les océans. Or privilégier les vaches aux poissons, c’est une forme de spécisme (pour en savoir plus sur le spécisme, je vous invite à lire cet article).

pesco-végétarisme-la-carotte-masquee

Je précise: cet article n’est pas contre les personnes qui mangent du poisson

Si quelqu’un.e ne mange pas de viande mais mange du poisson, je ne porte aucun jugement moral sur ce choix car je pense que chacun.e va à son rythme à la découverte du végétarisme et végétalisme. Au contraire même, mes valeurs se rapprocheront certainement plus de cette personne que de quelqu’un.e qui n’envisage pas la vie sans une entrecôte saignante.

J’aimerais en revanche qu’ils et elles arrêtent de propager l’idée selon laquelle un.e végétarien.ne peut manger du poisson, car c’est un non sens absolu. On récapitule:

  • Pas de viande sauf le poisson et / ou les fruits de mer = « je mange pas de viande » ou « pesco-végétarisme».
  • Pas de viande, pas de poisson, pas de fruits de mer = végétarisme.
  • Pas de viande, pas de poisson, pas de fruits de mer, pas de produits d’origine animale (lait, miel, oeufs) = végétalisme.

 

En finir avec le mythe des végétariens qui mangent du poisson. #végétarisme Click To Tweet

 

Pour aller plus loin

L’homme est-il omnivore ?

Je pense, donc je suis… devenue vegane

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

You May Also Like

17 Comments

  1. 1

    Tu connais le pescetarisme ? Mode alimentaire des anciens cathares. Renseigne toi avant de pondre des articles de ce genre . Merci

    • 2

      Bonjour Gaëlle, Oui je connais bien (autrement appelé pesco-végétarisme). Je doute que tu ais lu l’article jusqu’au bout, sinon tu aurais vu que j’y dédiais tout un paragraphe. Néanmoins, ce mode alimentaire est différent du végétarisme qui exclue TOUTE consommation de chair animale, et donc a fortiori du poisson.
      Cependant, ton commentaire m’a fait réfléchir que l’article manquait peut-être un peu de clarté, j’y ai apporté quelques précisions sur le pescovégétarisme. Mais je reste ferme sur le fait que les pesco-végétariens ne sont PAS des végétariens. Ce sont des gens qui ne mangent pas de viande, voilà tout. Je t’invite donc à relire l’article à la lueur de ces précisions.

  2. 3
  3. 5
  4. Pingback: bonnet
  5. 8

    Il me semble qu’un vegetarien peut aussi consommer produit laitier et oeuf tandis que vegetalien strictement legumes, fruits noix et cereales… qu’en pensez vous carotte masqué?

    • 9

      Tout à fait, un ovo-lacto-végétarien (ce qu’on entend généralement par végétarien) consomme des produits laitiers et des oeufs.
      Un végétalien ne consomme pas de produits d’origine animale. A votre liste peut s’ajouter les légumineuses également.

  6. 10

    Aujourd’hui même dans un resto de waffle face au menu « vous n’avez pas d’autre choix végétarien que la 3 fromages? » « ah si on a la saumon »…………

  7. 12
    • 13

      Alors, on ne s’en fiche non, dans la mesure où cela a des conséquences pratiques pour les végétarien.nes et végétalien.nes, qui ont besoin de savoir avec exactitude si oui ou non ce qui se trouve dans leur assiette est en phase avec leurs convictions. Pour quelqu’un comme toi qui probablement mange de tout, tu n’as pas besoin au restaurant d’aller dans le détail de chacun des ingrédients qui compose tel ou tel plat, ou décrypter toutes les étiquettes au supermarché. Mais tu peux concevoir je l’espère que la dénomination « végétarien » ou « végétalien » peut aiguiller d’autres personnes, et c’est pourquoi cette aide ne doit pas être erronée.

  8. 14

    J’ai arrêté de manger de la viande pour ne manger que du poisson y a 24 ans. A l’époque, je ne connaissais même pas le terme « végétarien ». Pour moi, c’était juste un choix comme un autre. Et à force de me dire « Ah, mais t’es végétarien en fait ! », j’ai fini par dire « Ouais, voilà, si tu veux ».
    Toute ma vie, j’ai eu l’impression que la société souhaitait mettre un nom à mon mode alimentaire. Comme quoi, ça ne suffit pas de juste dire « Je ne mange pas de viande ».

    • 15

      Si je puis me permettre, une réponse facile à l’objection « ah mais t’es végétarien en fait » serait « non, puisque je mange du poisson ». A l’échelle individuelle, c’est sans conséquence, mais quand même les restaurateurs en viennent à se tromper et ne pas savoir ce que comprend ou non le végétarisme, ça devient plus problématique pour les consommateurs.rices. Je m’efforce personnellement à toujours rectifier si l’on m’énonce une définition erronée.

  9. 16

    Le sujet te tient visiblement à coeur mais je te trouve dans l’exagération.

    De nombreux restaurants indiquent aujourd’hui sur leur menu, leurs plats végétariens. Par ailleurs, pondre tout un article, à charge contre les pesco ce que tu veux (et j’en fais partie), juste car tu en as marre de devoir expliquer de temps en temps qu’un végétarien ne mange pas de poisson non plus, je trouve cela légérement victimaire et je trouve dommage de gâcher ton énergie à cela. Il aurait mieux fallu écrire et approfondir un article pour tenter de convaincre les gens comme moi, qui ne mangent pas de viande, mais du poisson, de ne plus consommer de poissons non plus. C’est d’ailleurs en faisant des recherches sur le sujet que je tombe sur ton article qui m’a légérement irrité, car j’en ai personnellement marre que les gens me collent une étiquette, alors que ce que je mange, ne concerne que moi et ma personne, or toi, végétarienne de surcroit, tu y dédies tout ton article …

    Et enfin, juste en petite note de fin pour dédramatiser la situation décrite, ma petite soeur est intolérante au gluten, nous devons le spécifier à chaque fois, beaucoup ignorent de quoi il en retourne exactement, et en cas d’erreur, pour elle c’est l’hôpital direct. Alors tu vois, le fait de devoir expliquer au serveur que tu ne veux ni viande ni poisson ou juste de lire un menu, ça ne doit pas être si terrible …

    Mis à part cela, et j’espère que tu ne prendras pas mal mon commentaire, mais la lecture m’a irrité au fils des phrases, je trouve ton blog très bien et ton engagement aussi.

    Bonne journée

    • 17

      Bonjour Léa,
      Si le sujet me tient autant à coeur, ce n’est pas parce que je trouve embêtant de devoir expliquer dans un restaurant que je ne mange pas de poisson, mais bien parce que la notion de « végétarien qui mange du poisson » tend à populariser l’idée que la vie des poissons est moins importante que celle des animaux terrestres. Grosso modo, ce que j’entends c’est: « la vie des animaux terrestres m’importe assez pour que je décide d’arrêter de manger de la viande, mais celle des poissons pas suffisamment pour que je renonce à manger du poisson ». Pourtant ce sont eux les victimes les plus nombreuses. Alors oui, je suis exaspérée quand j’entends une personne dire qu’elle est végétarienne « mais mange du poisson », car cela est un non-sens : les poissons sont aussi des animaux. Et oui, tu as raison, la question est tellement importante qu’elle mériterait un article à part entière sur la souffrance et la sensibilité des poissons, l’impact de la surpêche, etc. Il y aurait beaucoup à dire, mais cela n’était tout simplement pas le sujet de cet article-ci.

      Par ailleurs, il est certes vrai que je n’en mourrais pas si je mangeais du poisson (contrairement aux personnes allergiques) mais le poisson qu’on m’aura servi dans l’assiette à mon insu, lui, oui. Il est donc important que les personnes travaillant dans le monde de la restauration aient une bonne compréhension des termes pesco-végétarisme / végétarisme / végétalisme. Quand ces choix alimentaires sont motivés par l’éthique, manger devient un acte politique puisqu’il s’agit d’un boycott des produit qu’on ne cautionne pas et dont on ne veut pas encourager la demande. Or servir un plat « végétarien » qui contiendrait du poisson contribuerait à encourager ladite demande. Pour moi qui suis végane, je peux t’assurer que cette situation (qui m’est déjà arrivé quelques fois) fait mal au coeur.

      Enfin, je souligne bien dans ce petit billet d’humeur qu’il n’est pas à charge contre les pesco. Je suis moi-même passée par cette étape avant de devenir végétarienne, et j’espère qu’elle sera aussi pour toi la prochaine étape !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>