Mythe #3: Hitler était végétarien

Si vous êtes végétarien ou végétalien, vous avez sûrement déjà entendu cet argument #wtf qui arrive comme un cheveu sur la soupe quand vous avez le malheur de mentionner votre régime alimentaire, à savoir « il paraît qu’Hitler aussi était végétarien ».

Déjà, Hitler végétarien: vrai ou faux?

Faux. Il se trouve qu’Hitler n’était pas végétarien. L’idée fausse selon laquelle il l’était vient du fait qu’il mangeait peu de viande à la fin de sa vie, non pas par compassion, mais pour des raisons de santé, sur les conseils de son médecin. « Peu » veut également dire qu’il en mangeait quand même, et cela a été confirmé par ses correspondances et des personnes qui l’ont côtoyées, notamment sa maîtresse Eva Braun (mais pour être fair play, il existe aussi des personnes de son entourage ayant attesté qu’il était végétarien).

La propagande de Goebbels voulait lui donner une image d’ami des bêtes, alors que la réalité était toute autre. Pour cause, dans son livre « Un éternel Treblinka », Charles Patterson explique qu’au contraire, Hitler était profondément anti-végétarien et que dès son arrivée au pouvoir en 1933, il fit interdire les sociétés végétariennes en Allemagne ; arrêter leurs chefs et fermer la rédaction du principal magazine végétarien. Pas très végé-friendly tout ça.

Enfin, pour ceux qui auraient encore des doutes sur l’amour d’Hitler pour les bêtes, Peter Sichrovsky relate dans un livre que “Pour éliminer tout ce qui pouvait en eux être faible ou gentil, certains membres des SS devaient élever un berger allemand pendant 12 semaines, puis étrangler le chiot devant un officier”.

Mais alors pourquoi on continue de nous rabattre tout le temps les oreilles avec cet argument ?

Derrière cette pique gratuite se cache une tentative de déstabilisation qui fait usage du sophisme le plus maladroit et semble vouloir dire : « Hitler était végétarien. Hitler était un dictateur cruel. Donc être végétarien n’est pas forcément une bonne chose finalement ».

Sauf que cet argument (peut-on même appeler ça un argument ?) ne tient pas la route une seconde, et la personne qui s’en sert le sait bien. Pourquoi ? Car comme tout sophisme, sa logique est bancale et fallacieuse (rappelez vous les cours de français où vous dormiez au fond de la classe : « Tout ce qui est rare est cher. Ce qui est bon marché est rare. Donc ce qui est bon marché est cher »).

hitler végétarienJe crois sincèrement que si cette remarque revient sans cesse, c’est que primo il entretient, véhicule et renforce le mythe que « les défenseurs des animaux préfèrent les animaux aux humains », voire « détestent les humains ». Il faudrait forcément choisir entre la cause humaine et la cause animale, présupposé très agaçant sur lequel j’ai écrit un droit de réponse ici.

Et deuxio parce que c’est une tentative maladroite pour montrer au végétarien qu’il n’est pas moralement supérieur aux autres. Ben oui, si Hitler était végétarien, ça veut bien dire que le végétarisme n’est pas un critère de moralité non ? Et c’est là où la logique est particulièrement faible et surtout une parade hypocrite. Ne balayons pas d’un revers de main et ne discréditons pas un combat légitime et rationnel sous prétexte qu’un déglingué au goût prononcé pour les moustaches douteuses aurait aussi appartenu à ce groupe.

 

hitler végétarienDu coup, on répond quoi ?

On est clairment face à une invitation à un débat stérile qui tient davantage au défi (« on va voir comment tu te sors de celle-là mon lapin ») qu’à une véritable marque d’intérêt sur le végéta*isme. Perte de temps et d’énergie garantis, et qu’il est préférable de faire tourner court à l’aide de quelques contre-répliques:

  • La technique du « si tu veux jouer à ce jeu là tu vas perdre » : « Staline, Mao, Pol Pot et autres représentants du Club des Dictateurs du 20ème sicèle mangeaient tous de la viande. » Les calculs sont vite faits et en faveur des végés : Dictateur végétarien : 1 – Dictateur Omnivore : tous les autres.
  • La technique du sophisme inversé : « Gandhi aussi était végétarien » (et Léonardo Di Caprio aussi :-p). Argument tout aussi bancal qu’ « Hitler était végétarien » et qui a le mérite de renvoyer notre interlocuteur à la superficialité de son assertion de départ (s’il suffisait de faire du name dropping de célébrités végétariennes pour convaincre les gens du bienfondé du végétarisme, ça se saurait).
  • hitler végétarienLa technique du « listons les points communs que tu as avec Hitler ». Selon cette logique, refusons tout ce qu’Hitler faisait. Il ne s’agirait pas d’avoir le moindre point commun avec Adolf. Fan de musique classique ? Oulala Malheureux, mais Hitler aimait la musique classique aussi, tu me feras donc plaisir de remplacer tes playlists de Wagner (qu’Hitler affectionnait particulièrement) par du Metallica illico presto s’il te plaît.
  • La technique du « et donc, what’s your point ? » (my favorite) : quand bien même Hitler était végétarien. So what ? Mêmes les plus grosses enflures peuvent faire des choses bien dans leurs vies aussi. Imaginons une seconde qu’Hitler ait accordé le droit de vote aux femmes, est-ce qu’il y aurait des gens assez obtus et fermés d’esprit pour dire aux féministes d’aujourd’hui : « ah bon, tu es féministe ? Hitler aussi… ». Non, pas une seconde on n’y penserait. Soyons donc cohérent et octroyons cette même courtoisie aux végéta*iens, qui n’ont pas forcément envie d’être comparés à Hitler de bon matin.

Bref, qu’Hitler ait été ou non végétarien, au final, on devrait donc s’en foutre comme de sa première chaussette puisque ça n’apporte rien au débat. Et pour finir, une excellente BD d’Insolente Veggie à ce sujet!

La carotte masquee

You May Also Like

3 Comments

  1. 1
  2. 2

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>