Passer Noël dans une famille indienne

Cette année, j’ai fêté Noël dans une famille indienne, à savoir celle de mon copain. Mon entourage était surpris de savoir que Noël était célébré en Inde, un pays qui ne compte pourtant que 2,3% de Chrétiens. J’ai donc décidé d’en faire un article pour partager cette expérience.

Tout d’abord, je tiens à préciser que mon témoignage n’est pas à généraliser à l’ensemble du pays, puisque la majorité des indiens ne fête pas Noël, et encore moins de la manière dont les Occidentaux le fête. Leur grande fête à eux, c’est Diwali, la Fête des Lumières, qui a lieu généralement en Octobre (j’en parle plus en détail ici).

Noël est néanmoins célébré par les Chrétiens et la classe moyenne supérieure urbaine. Pour les premiers, Noël revêt un caractère religieux ; pour les seconds, c’est une conséquence de l’influence Occidentale. Ainsi, dans les états à forte population chrétienne comme le Kerala, ou les grandes métropoles comme Delhi ou Mumbai, les décorations de Noël foisonnent. En revanche, dans les régions rurales où il n’y a pas de Chrétiens (c’est à dire la plus grande partie du pays), il y a de grandes chances que Noël soit juste un jour comme un autre.

 

Ma belle-famille étant chrétienne et pratiquante, Noël est une fête très importante. Si j’ai pu noter certaines similitudes avec la France, il y a cependant des nuances de taille. Je m’explique.

  • Que fait-on le jour de Noël ? le 25 décembre, mes beaux-parents se sont rendus à l’église tôt le matin pour la messe de Noël. De retour à la maison, chacun vaque à ses occupations, tandis que les visiteurs imprévus se succèdent à la porte d’entrée pour vous souhaiter un Joyeux Noël. Et pas moyen d’y échapper. S’il y a bien une chose qui m’agace en Inde, c’est ça : l’intrusion dans la vie privée. Si quelqu’un est à la porte, quand bien même cette personne ne vous a jamais prévenu qu’elle passerait, vous ne pouvez pas juste lui dire « repasse plus tard, je suis occupée », ce serait vu comme une impolitesse voire un affront. A la place, il incombera à l’hôtesse de la maison de lui préparer un thé, en croisant très fort les doigts pour qu’il ne s’attarde pas trop. Et en périodes de fêtes, ça défile comme dans un moulin.
  • Offre-t-on des cadeaux ? Oui, mais nous sommes très loin de la pile de cadeaux au pied du sapin (et ce, d’autant plus quand il s’agit de familles aux revenus modestes comme c’est le cas ici). Les cadeaux se limitent à quelques achats précis, généralement des habits de fête. Il n’y a pas non plus de liste au Père Noël, ce concept se limitant aux familles aisées des grandes métropoles.
  • On mange quoi pour le réveillon ? Le réveillon de Noël n’a pas lieu le 24 au soir, mais le 25 décembre. Comme en France, c’est l’occasion de préparer un repas un peu différent pour « marquer le coup ». Néanmoins, là encore, nous sommes loin des tables décorées et des repas à rallonge du type apéritifs – entrée – plat – fromage – dessert. L’idée est simplement de cuisiner des plats qu’on ne cuisine que rarement. La maman a cuisiné plusieurs « sabzi » (c’est à dire des plats à base de légumes qui s’accompagnent de riz ou de chapatis), ainsi que de la viande, un met qu’ils ne consomment qu’une fois par semaine. Puisque ni moi ni mon copain ne mangeons de la viande, sa maman a eu la gentillesse de cuisiner un plat additionnel pour nous. Une fois que tout est prêt, nous nous installons par terre, à même le sol, sur une nappe (l’hiver, le sol est froid). Par ailleurs, pour l’anecdote, il est interdit de consommer de l’alcool dans l’état du Gujarat où vit ma belle-famille (ainsi que quelques autres états en Inde, mais le Gujarat en particulier car c’est l’état d’origine de Gandhi), si bien que les soirs de fêtes, le marché noir explose !
  • On s’habille chic ? Oui… et … non ! Oui car le 25, il est attendu qu’un effort soit fait sur la tenue vestimentaire. Et non car si je vous dis ce que j’ai porté, vous allez rire : un jean gris et un haut noir à manches longues. J’avais bien emmené une jolie tenue indienne, mais selon mon copain « c’est trop commun ». Alors que le jean, apparemment, ça faisait beaucoup plus classe. Bref, l’idée de faire un effort est bien là, mais le référentiel différait complètement du mien !
  • Et les décorations de Noël ? Les maisons sont décorées pour l’occasion : guirlandes au plafond, ballons, et parfois même un sapin miniature (le sapin est loin d’être une norme comme en France). Les rues ne sont pas en reste, puisque les quartiers chrétiens sont décorés et illuminés et une crèche aura en toute probabilité été installée. Les habitants du quartier dans lequel vit ma belle-famille s’étaient ainsi cotisés pour l’achat et l’installation des décorations, de la crèche et le DJ de la soirée de Noël (j’y viens). C’est donc tout le quartier qui se rassemble pour célébrer Noël. Cela peut paraître surprenant ; il faut comprendre qu’en Inde, les familles se regroupent en effet par communauté religieuse. Il y a donc des quartiers hindous, des quartiers chrétiens, des quartiers musulmans, etc. La mixité est l’exception, non la règle, et limitée aux métropoles.
  • Est-ce qu’on fait la fête ? Oui ! le 25 au soir, après le repas de Noël, c’est le moment où les gens du quartier, petits et grands, se rassemblent pour « danser le Garba ». Le Garba est une danse traditionnelle de l’état du Gujarat, qui ne paraît pas bien compliquée à première vue, mais bien plus difficile à répliquer une fois sur la piste.. ! Les danseurs forment une ronde, qui tourne petit à petit dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, au rythme des pas de danse.

Voici quelques photos qui seront certainement plus parlantes que ces quelques bullet points (mon amour des bullet points n’est plus un secret !). J’en appelle à votre indulgence sur les photos, je m’y mets seulement :p Au final, bien que les décorations de Noël soient moins visibles en Inde qu’en France, j’ai eu l’impression que l’esprit de Noël y était plus simple, plus authentique, dans un format brut dénué du caractère commercial qui me dérange en France.

La ronde du Garba, danse traditionnelle du Gujarat.

La crèche de Noël du quartier

La nappe de Noël est posée à même le sol, puisque la majorité des indiens mangent par terre.

Le chapati, la base de nombreux plats indiens.

Ca se prépare comme ça !

Et ça se mange comme ça !

Et ça se mange comme ça !

 

Ce qui ressemble furieusement à une omelette est en fait une galette à base de farine de pois chiche.

Le Poha est un plat traditionnel pour le petit déjeuner, à base de riz et cacahuètes.

La version indienne de la « salade » !

 

 

You May Also Like

17 Comments

  1. 1

    Très intéressant, c’est certainement une chance d’être accueillie dans une famille pour vraiment appréhender la façon de vivre d’un pays :o) Et Nouvel an c’est pareil ? Tous mes vœux de BonheurS pour cette nouvelle année :o) Bisous

    • 2

      Merci Nat, et pareillement 🙂
      Nouvel An nous l’avons fêté à Hong Kong, c’était donc complètement différent! (et Hong Kong est accessoirement un pays cauchemardesque pour les végéta*iens!)

      • 3

        Etonnant !! J’imaginais qu’ils étaient, en grande partie du moins, végétariens ! Ca doit être le coté « riche et moderne » qui veut qu’on mange comme la plupart des « occidentaux » ! Les idées que l’on se fait des fois !!

        • 4

          Oui exactement, il y a clairement une occidentalisation (la viande comme preuve d’un certain statut sociale). Quasi pas un plat végétarien sur les cartes, et du poisson séché / carcasses à tous les coins de rue.. 🙁

  2. 5

    Oh ben j’aurais jamais cru q’on fêtait noël en inde! j’aurais appris qqch!
    ca doit être étonnant au final de célébrer une fête si « couratne » pour un occidental, d’une façon au final bien différente 😉

    • 6

      Complètement dépaysant effectivement! Mais j’insiste sur le fait que la plupart des indiens ne fêtent pas Noël, ça dépend vraiment où tu vas.
      Je suis contente que l’article t’ait plu en tout cas, ou du moins appris quelque chose!

  3. 7
  4. 9
    • 10

      Merci Natasha! Bonne année à toi aussi 🙂
      J’espère que tu auras l’occasion de visiter le Gujarat, il y a de très beaux coins (et une délicieuse cuisine, bien que basée beaucoup sur le lait et le ghee). Est-ce que tu parles un peu hindi ou gujarati du coup? 🙂

      • 11

        La cuisine est délicieuse en effet- c’est ce que prépare ma maman essentiellement 🙂 Je ne parle pas hindi, mais je comprends bien le gujarati puisque c’est la langue parlée dans ma famille. Malheureusement, je ne le parle pas aussi bien que le français ou l’anglais car en grandissant, je n’aimais pas parler une langue « étrangère » alors que je vivais en France- qu’est-ce que ça peut être bête les enfants des fois 😉 !

        • 12
          • 13

            Je comprends ta frustration car je vis en Allemagne et je comprends à peu près un mot sur dix… ! J’espère qu’avec l’aide de ton copain ou d’un.e bon.nne prof tu pourras apprendre quelques bases 🙂

          • 14

            Oulah l’allemand, je compatis! Je l’ai étudié pendant 10 ans et peine toujours à aligner 4 mots dans une phrase, c’est terrible. Mais c’est vrai qu’en étant sur place, ça aide forcément. Il faut j’imagine, toi comme moi, sortir de notre zone de confort et éviter de se réfugier derrière l’anglais! J’avais pris des cours d’hindi pendant 6 mois, donc les bases sont en place, mais pas suffisantes pour parler et comprendre une discussion (ils parlent vite, très vite!). J’essaie de parler 5 minutes par jour pour me rappeler quelques phrases toutes simples, on verra ce que ça donne! Bonne chance pour l’allemand 🙂

  5. 15
    • 16
      • 17

        Héé..non malheureusement. Je vais t’avouer qu’avant mon départ j’avais un sentiment de peur intense de ce pays… aujourdhui je peux dire que ce pays m’attire irresistiblement , de part les récits des bloggeurs, mais aussi ceux des voyageurs que je rencontre, les yeux pétillants !
        Alors c’est sur, mon prochain grand voyage sera Sri Lanka, Inde, Nepal, Tibet… arfff c’est la folie ! Trop d’envies !

        Je te souhaite une belle journée 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>