Comment l’humain peut-il être si inhumain ?

Il y a quelques jours est sortie une enquête de L214 sur un abattoir bio. Les images ont fait la une de la presse, montrant que, non, dans les abattoirs bios qui approvisionnent les circuits courts et les boucheries locales, les animaux ne sont pas mieux traités ou tués plus « humainement » que dans un abattoir classique. On y voit des employés jeter des agneaux, s’amuser de donner des décharges électriques à des bovins, ou encore saigner des animaux encore conscients, alors que la loi exige que l’animal soit inconscient au moment de la mise à mort. Pour voire la vidéo, c’est par là.

Vous pensez que cet abattoir est une exception ? Il n’en est rien. C’est la réalité de ce qui se passe derrière les murs des abattoirs tous les jours. Cet abattoir a été épinglé, combien d’autres ne le sont pas ? Que ce soit pour de la viande bio ou non, locale ou non, l’abattage est le même pour toutes les bêtes qui finissent dans notre assiette. C’est un simple calcul de probabilités. Pourquoi? Parce que l’abattage est un travail à la chaîne, ce qui signifie qu’il faut que ça aille vite, très vite même. Comme dans tout travail à la chaîne, les cadences sont intenses et les erreurs fréquentes. Quand la chaîne de production concerne des télés ou des shampoings, c’est pas bien grave (quoique). Quand ce sont des animaux capable de souffrir, c’est un tout autre problème. Or les ouvriers ne peuvent tout simplement pas toujours rectifier le tir quand une machine tourne trop vite ou qu’une décharge électrique a été mal faite. Donc saigner des animaux qui sont encore conscients, c’est tout le temps que ça se passe, il faut bien en avoir conscience.

Les réactions des gens devant la vidéo ont été immédiates. « C’est inhumain » est notamment un commentaire qui est revenu af9cac08437f24c766634afcf48c21bbsouvent. Et quand on dit que quelqu’un ou quelque chose est inhumain, on veut dire par là que cette personne est dépourvue d’empathie, et qu’elle n’est donc en quelque sorte pas digne d’appartenir à l’espèce humaine. On considère donc notre capacité à éprouver de l’empathie comme étant un trait unique à l’Homme. On parle d’ailleurs de « faire preuve d’humanité ». Effectivement, quand un lion mange une gazelle, on ne se dit pas que c’est inhumain. C’est instinctif, le lion ne choisit pas. A l’inverse, l’Homme, lui, a le choix. En fonction du choix qu’il va faire, on qualifiera cela d’humain ou d’inhumain. Au fond la question revient à dire « est-ce qu’elle va faire preuve d’empathie ou non », « est-ce que son choix va être éthique ou non »? Cela s’applique pour n’importe quel choix, que ce soit des vies humaines ou animales en jeu. Lamartine écrivait:

“On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas ».

La plupart des gens qui ont vu / verront cette vidéo (ou toute autre vidéo du genre qui met en lumière un acte de maltraitance envers un animal) ont du coeur et vont faire preuve d’empathie, s’émouvoir, avoir les larmes aux yeux même, se dire que ce n’est pas normal. A ces personnes je voudrais donc dire de ne pas enterrer 6 pieds sous terre cette manifestation d’empathie, de ne pas oublier les images une fois le scandale passé, parce que c’est justement cette empathie qui fait la beauté de l’Homme, capable du pire comme du meilleur.

0a0ee7035aa2053992f091836a482789

Alors si cette vidéo vous a émue, renseignez vous davantage sur le vraie visage de la viande (vous pouvez commencer par là: « L’élevage industriel pour les nuls« ). Consommer moins de viande, voire même arrêter, c’est justement faire preuve d’empathie et d’humanité. Nous sommes tous capables de changer lorsqu’on est mis face à des faits et images qui entrent en contradiction avec notre éthique, nos valeurs.

La balle est dans votre camp maintenant. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

 

La carotte masquee

You May Also Like

2 Comments

  1. 1

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>